L’art de percer un bouton (âmes sensibles s’abstenir)

Ce n’est pas la peine de me dire que c’est pas bien. Soyez franches (ou francs) on le fait toutes (ou tous), sauf quand on a pas de bouton (logique) ! Alors autant faire les choses bien plutôt qu’un véritable carnage parce que je sais comment ça se passe : on croise un miroir et là on le voit, le fameux, mais quand est-ce qu’il est arrivé là ? Alors on se dit : non je n’y toucherai pas ! Et puis on recroise un miroir au fond de son sac, c’est fou dans ces moments là y’en a partout de ces trucs là. Et on craque parce qu’on le trouve franchement dégueulasse.

Sauf qu’on ne nous dit pas comment il faut faire, alors on fait n’importe quoi, on presse un peu dessus et puis ensuite on y va franchement jusqu’à se faire saigner et ça c’est mal, très mal, car c’est la surinfection assurée, on est bon pour recommencer le lendemain car le bouton revient (parfois même avec des amis), c’est le cycle infernal, la descente aux enfers et c’est comme ça qu’on se fait des cicatrices à vie.

Il existe une méthode pour limiter les dégâts pas 36 juste une.

Papule ou pustule

Pourquoi faut-il faire la différence entre ces 2 termes ? Parce que l’un peut se percer mais pas l’autre.

Une papule c’est un bouton rouge en forme de petit dôme, c’est le début de l’inflammation (parce qu’un bouton c’est une inflammation de la peau), et les papules ON Y TOUCHE PAS ! On peut juste essayer de l’assécher avec soit une huile essentielle, si on les supporte (lavande, citron, tea tree …), soit un antiseptique, mon préféré c’est l’Hexomédine et ça s’achète en pharmacie. On met un peu de produit sur un coton tige et on tapote très mais alors très légèrement sur la rougeur, juste histoire de déposer le produit, on frotte pas avec le coton tige comme sur la lampe d’Aladin car c’est sûrement pas un génie qui va sortir mais plutôt un bouton encore plus gros et le produit n’aura eu aucun effet. Ensuite la papule on l’oublie, c’est le plus dur, on met surtout pas son doigt dessus parce qu’une papule c’est un peu comme un volcan au bord de l’éruption.

Une pustule (mais qu’il est laid ce mot) c’est l’évolution de la papule mais avec une cerise sur le gâteau : un petit point blanc (beurk) qui est en fait du pus (miam), d’où son nom. Et elle, on peut la percer mais pas n’importe comment :

La méthode

 Avant toute chose il faut s’aménager un petit coin pour le faire, avec un miroir sur pied ou accroché au mur (quelque chose que l’on ne tient pas à la main). Le mieux est encore d’être assis face à un bureau ou une petite table pour poser tout ce dont on a besoin. Pourquoi assis ? Pour faire les choses calmement et sans acharnement 😉

Je vous conseille grandement de réaliser tout ça le soir (vous verrez pourquoi ensuite), après votre routine de soin lorsque vous n’avez plus rien à mettre sur votre visage.

1. Préparer ses armes

Comment percer un boutonC’est simple, considérez le perçage de bouton comme une opération chirurgicale, tout le matériel s’achète en Pharmacie.
Il faut :
– Une solution hydro-alcoolique
– Une Aiguille neuve que l’on dédiera uniquement à ce genre d’usage
– de l’Alcool de Pharmacie
– Un antiseptique type Hexomédine, au pire de la Biseptine peut faire l’affaire
– Des compresses stériles

– Des mouchoirs en papier

On pose le tout sur un plan de travail (bureau, table, etc …) propre et désinfecté avec de l’alcool.

2. Se désinfecter les mains

C’est à ça que sert la solution hydro-alcoolique. On se frictionne les mains avec et bien partout dans tous les recoins des poignets jusqu’au bout des ongles. Vous vous souvenez des consignes sur comment bien se laver les mains pendant l’épidémie de grippe A et ben on fait pareil. Et on ne touche plus à rien (surtout pas sa peau) si ce n’est aux armes.

3. Désinfecter l’aiguille

A l’aide d’un coton imbibé d’alcool on désinfecte minutieusement l’aiguille et on la laisse sécher sur un mouchoir en papier propre que l’on a posé sur le plan de travail. Et on la manipule avec précaution pour ne pas se piquer.

4. Préparer la zone à attaquer

Une fois l’ennemi identifié (la vilaine pustule), il faut désinfecter, le mieux avec une compresse au pire avec un coton mais seulement si le bouton n’est pas déjà un peu percé (ben oui des fois ils commencent à s’éclater tout seul). On imbibe la compresse ou le coton avec de l’alcool on désinfecte le bouton et un peu autour et on jette la compresse (ou le coton), surtout on la réutilise pas dans les étapes suivantes car on vient d’enlever pleins de bactéries avec, la compresse est contaminée, on la jette et c’est tout.

5. A l’attaque

On prend l’aiguille et on perce mais pas n’importe où ! Dans le sommet blanc et on perce à peine on ne doit pas sentir l’aiguille sur sa peau. Donc on vise bien et on fait attention. Ensuite on repose l’aiguille et on y touche plus.

6. Extraction

C’est là qu’il faut faire preuve d’un grand self-control car si vous avez bien respecté toutes les étapes mais que vous foirez celle-là, tout votre travail n’aura servi à rien.

On prend un mouchoir on entoure l’index de chaque main avec, on positionne ses doigts de chaque côté du bouton. Ensuite, on appuie légèrement, on y va pas comme un bourrin on est gentil avec sa peau, légèrement c’est tout.

Bon là c’est franchement gore, le pus sort (j’avais prévenu) mais ATTENTION !!! On ne fait sortir que le pus ! Qui est blanc ou jaunâtre. Il ne faut surtout, surtout, surtout pas faire sortir de sang ! Si vous vous faites saigner c’est que, soit vous êtes allé trop loin avec l’aiguille, soit vous avez appuyez trop fort avec les doigts, souvent on appuie trop fort. On essuie avec le mouchoir et on le jette.

Si vous avez la sensation qu’il reste des choses à extraire (comme un sentiment d’insatisfaction en fait) mais que rien ne sort après une légère pression, ne faites plus rien. Il vaut mieux ne pas appuyer assez qu’appuyer trop fort. De toute façon s’il reste du pus à éliminer votre peau va l’amener à la surface car elle se débarrasse du pus en le faisant remonter à la surface, il suffit d’attendre (en général dès le lendemain).

Parfois le pus est, comment dire, comme solidifié ça arrive c’est normal faite juste sortir cette petite chose blanche et arrêtez-vous d’appuyer.

Ensuite passez rapidement à la phase suivante qui est cruciale.

7. Place à l’antiseptique

Alors là j’insiste, on utilise une compresse stérile (bon allez au pire du pire un mouchoir en papier) surtout pas de coton ! C’est pelucheux ! Et qu’est-ce qu’on vient de faire ? On vient de créer une plaie béante sur notre visage (oui on s’est percé la peau donc c’est une plaie) ! Donc ce qu’on veut à tout prix éviter c’est l’infection donc le coton est à proscrire car avec ses peluches c’est la porte ouverte aux infections.

On imbibe donc une compresse stérile d’antiseptique : Hexomédine, Biseptine ou autre. Et on tapote légèrement la plaie et oui encore légèrement.

On ne met pas d’alcool car on ne met pas d’alcool sur une plaie, jamais.

8. On ne touche plus à rien !

Si vous avez bien tout respecté : désinfecter comme il faut, percer avec précaution, appuyer légèrement, appliquer un antiseptique, déjà bravo, votre peau va entamer le processus de cicatrisation:

Un liquide translucide semblable à de l’eau va sortir de la petite plaie, IL NE FAUT ABSOLUMENT PAS L’ESSUYER OU ESSAYER DE L’ENLEVER (ou que sais-je), c’est comme un pansement naturel que notre peau fabrique. Souvent ça forme une petite gouttelette parfois ça coule un peu mais ON Y TOUCHE PAS.

Ce liquide va sécher tout seul (assez rapidement) pour laisser place à la cicatrisation. C’est pour ça qu’il vaut mieux réaliser ça le soir un peu avant de se coucher car le liquide séché s’éliminera avec le nettoyage du matin.

Normalement au réveil vous constaterez que le bouton n’est plus un dôme mais une tâche rosée.

Précautions supplémentaires

Il ne faut absolument pas :
– mettre du maquillage ou une crème de soin sur un bouton fraichement percé
– mettre de l’alcool sur un bouton percé
– mettre les doigts dessus
– s’éclater un bouton avec les ongles
– se percer un bouton avant son rituel de soin

En résumé

Alors oui le mieux c’est de ne rien faire je vous l’accorde, mais la prochaine fois que l’envie vous viendra de percer un bouton, j’espère que d’avoir lu toutes les précautions à prendre avant de le faire vous aura fait réfléchir et que soit vous y renoncerez, soit vous le ferez dans les règles de l’art 😉

 

 Logo-abrege-loupe
Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. azertyuiop dit :

    Waa c’est tellement bien expliqué ! Merci, j’espère que cela m’évitera de faire encore plus de dégats ! 😂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s